Droit à l’avortement aux Etats-Unis : La cour suprême américaine est en train de se politiser ?

Droit à l’avortement aux Etats-Unis : La cour suprême américaine est en train de se politiser ?
Droit à l’avortement aux Etats-Unis : La cour suprême américaine est en train de se politiser ?

Droit à l’avortement aux Etats-Unis : La cour suprême américaine est en train de se politiser ?

Ça fait longtemps. On voilà une séquelle du passage à la Maison Blanche de Donald Trump. Non pas que, en l’occurrence de Donald Trump soit particulièrement acharné contre l’avortement, mais au fond, c’est une manière, en nommant des juges conservateurs qu’il avait eu de s’assurer l’allégeance des républicains en échange bien sûr de la faveur que les républicains pouvaient lui accorder dans les urnes. Donc là, on vit, si vous voulez l’après coup de Trump.

Est-ce que c’est une manière de d’être politiser plus que de donner le droit que de rendre le droit ? Certainement, si l’on reprend l’arrêt contre Roe v. Wade en 1973, il y avait eu au final 7 juges pour voter en faveur de l’avortement, ce qui ne voulait pas dire qu’il n’y avait pas de conservateurs parmi ces 7 juges. Il y avait des conservateurs qui avaient été estimées qu’au-delà de leur position eux-mêmes au-delà de leurs appartenances politiques, il y avait quelque chose à faire dans ce jeu-là. Aujourd’hui c’est

complètement différent puisque 3 juges sont démocrates et voteront contre, mais le reste voteront pour de sorte que même si l’on voulait ce qui est en tête chez les démocrates, ce que les démocrates ont dans la tête, même si on le voulait inscrire cette l’arrêt Roe v. Wade de 1973. Aujourd’hui dans la loi et dans la Constitution, il y a peu de chances que les démocrates y parviendraient dans la mesure où même au Sénat, on sait qu’elle majorité extrêmement faible, ils ont et pareil à la Chambre des représentants, il n’aurait que très peu de chances d’imposer ce point de vue.

C’est un brouillon du projet qui n’est toujours pas sorti, qui a fuité 98 pages. C’est complètement inédit de la part de la Cour suprême. Ça veut dire quoi ?

Le peuple américain est à la recherche du « coupable » est ce qu’il s’agit de personnels administratifs de la Cour suprême qui aurait fait fuiter ce document, de sorte qu’il y ait une mobilisation populaire, on l’a vu soit en faveur de l’avortement, soit contre. Est-ce que C’est alors là, ça serait beaucoup plus grave, est ce que c’est l’un des juges, toujours dans le même but, c’est à dire de remuer, là on peut parler forcément

de de l’action, des pro avortements est ce que c’est un juge qui a fait fuiter ces documents ? En tout état de cause, ça veut dire qu’il y a une majorité d’Américains pour le penser, c’est que la Cour suprême est plus ce qu’on disait tout à l’heure, un lieu, une instance ou on dit le droit, mais une instance où l’on est favorisé, où l’on est mû par son appartenance politique.

Simplement, une remarque qui semble importante, c’est que les juges conservateurs aujourd’hui qui dénoncent d’une manière extrêmement virulente cet arrêt Roe v. Wade sont des juges qui considèrent que, au fond la primauté, le primat des États fédérés existe par rapport à la loi. Et là, au nom de la liberté, de chaque individu et en ce cas-là, c’est un raisonnement très spécieux parce que les États dominés bien sûr par une appartenance politique et idéologique au fond, empiète sur le droit à la vie privée, au motif

que les États auraient encore une fois, une sorte de primat, c’est là tout le caractère fallacieux de cette proposition conservatrices. Encore une fois. Manifestement, d’après les sondages qu’on a pu avoir sur cette question, 63% des Américains sont en faveur d’un maintien de cette loi, de ce cet arrêt pour l’avortement tout simplement parce qu’il s’agirait sinon d’une régression catastrophique, à la fois pour les femmes qui sont exactement dans cette situation et d’une manière générale pour l’avancée des murs aux États-Unis.

Kinzonzi

Facebook Comments Box