La Régie de Voie Fluviale de la RDC Confrontée à des Défis pour Réaliser son Programme

Partager

La Régie de Voie Fluviale de la RDC Confrontée à des Défis pour Réaliser son Programme
La Régie de Voie Fluviale de la RDC Confrontée à des Défis pour Réaliser son Programme

La Régie de Voie Fluviale (RVF) de la République Démocratique du Congo (RDC) est confrontée à de nombreuses difficultés pour remplir sa mission, notamment la réalisation du troisième pilier du programme gouvernemental, qui consiste à améliorer la connectivité des voies de communication et à désenclaver les régions. Le Directeur général de la RVF, Daniel Luabochi, a demandé au gouvernement de libérer à temps les crédits budgétaires en faveur de la Régie.

Pour maximiser son rendement en période de basses eaux, la RVF a adopté une approche basée sur la gestion axée sur les résultats. Cette méthode permet à la RVF de répondre de manière positive et significative aux exigences du troisième pilier du programme gouvernemental, en améliorant la connectivité des voies de communication et en désenclavant les zones reculées.

Le projet initial prévoyait un balisage concomitant sur la rivière Kasaï, jusqu’à Ilebo, et en poursuivant vers Yokopunda, Ndomba et Kwilu, ainsi que sur le fleuve Congo. Cependant, les données techniques recueillies sur place ont conduit à privilégier le balisage de la rivière Kasaï jusqu’à Ilebo, en raison de la précarité de la trésorerie et des conditions hydrologiques défavorables, notamment la baisse considérable du niveau de l’eau sur ce tronçon, rendant la navigation très difficile pendant cette saison.

Le Directeur général de la RVF a souligné l’importance de cette opération pour la connectivité des voies fluviales et le désenclavement des régions. Selon ses mots :

“Pour que nous puissions améliorer la connectivité des voies de communication et désenclaver les régions isolées, il est impératif que les crédits budgétaires soient libérés à temps.”

En outre, concernant le fleuve Congo, la RVF a déjà reçu le carburant nécessaire et attend l’intervention du gouvernement pour débloquer des subventions de trois mois, permettant au baliseur de Yolimela de commencer ses travaux. Daniel Luabochi a également précisé :

“Nous demandons au gouvernement de libérer également à temps le crédit budgétaire en faveur de la RVF, d’un montant de 3 755 724 090 Francs Congolais”

malgré les défis financiers et techniques, la RVF reste déterminée à mener à bien ses missions et à contribuer au développement infrastructurel de la RDC, en optimisant ses ressources et en adaptant ses stratégies pour faire face aux contraintes rencontrées sur le terrain.

Facebook Comments Box

Partager