RDC : le Conseil de sécurité de l’ONU condamne les attaques du M23 et des ADF contre les déplacés et la MONUSCO

Partager

RDC : le Conseil de sécurité de l'ONU condamne les attaques du M23 et des ADF contre les déplacés et la MONUSCO
RDC : le Conseil de sécurité de l'ONU condamne les attaques du M23 et des ADF contre les déplacés et la MONUSCO

Les membres du Conseil de sécurité de l’ONU ont exprimé leur condamnation ferme suite à une série d’attaques récentes perpétrées par le Mouvement du 23 mars (M23) et les Forces démocratiques alliées (ADF) en République Démocratique du Congo (RDC). Ces violences ont notamment ciblé des civils et le personnel de la MONUSCO.

Dans une déclaration rendue publique le jeudi 20 juin, le Conseil de sécurité a dénoncé les actions du M23 qui ont causé des pertes civiles et blessé un casque bleu de la MONUSCO. Les attaques des ADF, dont le bombardement du camp des déplacés internes de Mugunga le 3 mai dernier, ont également été vivement critiquées.

Les membres du Conseil ont exprimé leur profonde inquiétude face aux conséquences de ces attaques sur la sécurité et la stabilité de la RDC et de la région environnante. Ils ont souligné que ces violences aggravent une situation humanitaire déjà précaire, notamment pour les civils vivant dans des camps de déplacés.

Le Conseil de sécurité a également manifesté sa préoccupation concernant l’intensification des attaques systématiques des ADF et l’offensive actuelle du M23 vers Kanyabayonga. Ces événements ont provoqué le déplacement de 350 000 personnes la semaine précédente et ont conduit à la suspension des distributions alimentaires et des services médicaux.

En réponse à cette situation, le Conseil a appelé à un soutien accru au Plan de réponse humanitaire 2024 et a réitéré son appui à la MONUSCO ainsi qu’aux pays contributeurs de troupes. Il a insisté sur la nécessité pour la MONUSCO de maintenir une posture robuste afin de protéger les civils et de garantir la liberté de mouvement de l’aide humanitaire.

Le Conseil de sécurité a exhorté toutes les parties à respecter le droit international et à permettre un accès humanitaire complet, sûr, rapide et sans entrave à tous les civils dans le besoin, en particulier les femmes et les enfants. Il a appelé à intensifier le dialogue diplomatique pour une désescalade et une solution durable et pacifique au conflit prolongé dans la région.

Les membres du Conseil ont également demandé au Secrétaire général, aux États membres et au gouvernement congolais de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité du personnel de la MONUSCO, conformément à la résolution 2518 des Nations Unies. Ils ont condamné l’utilisation d’armes lourdes à proximité des bases de la MONUSCO, mettant en danger les civils et les soldats de la paix, ainsi que toutes les attaques et pressions exercées par le M23 contre la mission onusienne en RDC.

Facebook Comments Box

Partager