Investiture du Gouvernement en RDC : Soupçons de Corruption à l’Assemblée Nationale

Partager

Investiture du Gouvernement en RDC : Soupçons de Corruption à l'Assemblée Nationale
Investiture du Gouvernement en RDC : Soupçons de Corruption à l'Assemblée Nationale

Une semaine décisive à l’Assemblée nationale de la République Démocratique du Congo (RDC) a vu l’investiture du nouveau gouvernement. Les députés nationaux ont commencé le processus ce mardi avec l’audition du programme du gouvernement 2024-2028 par les élus du peuple. Cette décision, annoncée samedi par le Président de la chambre basse du Parlement, Vital Kamerhe, a fait suite à une réunion importante avec la Première ministre Judith Suminwa et les députés de l’union sacrée de la nation.

Lors de cette réunion, Vital Kamerhe a exhorté les députés de la majorité à accélérer l’adoption du programme du gouvernement, soulignant la nécessité de se mettre au travail pour attaquer les problèmes urgents de la population congolaise. “Il est crucial que nous nous mettions rapidement au travail pour répondre aux attentes de notre population”, a déclaré Vital Kamerhe.

Cependant, des allégations préoccupantes de corruption ont été soulevées. Selon le Centre de Recherche en Finances Publiques et Développement Local (CREFDL), chaque député aurait reçu 30 000 $ pour participer au vote de confiance du nouveau gouvernement. “Ce sont près de 14 millions $ décaissés par l’État pour motiver les députés nationaux”, a révélé le CREFDL dans un communiqué publié aujourd’hui.

Le programme du gouvernement 2024-2028 détaille la répartition des ressources budgétaires par pilier, visant à répondre aux besoins prioritaires du pays. Le budget quinquennal s’élève à 277 mille milliards de FC, soit 92,2 milliards $, financés par des ressources étatiques et non étatiques.

Voici la répartition des pourcentages du budget par pilier :

  1. 30 % seront alloués au premier pilier.
  2. 25 % au pilier 3.
  3. 20 % au pilier 2.
  4. 15 % au pilier 4.
  5. 5 % au pilier 5.
  6. 5 % au pilier 6.

Les piliers sont définis comme suit :

  • Pilier 1 : Création de plus d’emplois et protection du pouvoir d’achat des ménages en stabilisant le taux de change (81 mille milliards de FC pour 5 ans).
  • Pilier 2 : Sécurité des populations et de leurs biens ; protection du territoire national (55 mille milliards de FC pour 5 ans).
  • Pilier 3 : Aménagement du territoire (69 mille milliards de FC pour 5 ans).
  • Pilier 4 : Accès aux services sociaux de base (41,6 mille milliards de FC pour 5 ans).
  • Pilier 5 : Renforcement de l’efficacité des services publics (13,9 mille milliards de FC pour 5 ans).
  • Pilier 6 : Gestion durable de l’écosystème de la RDC (13,9 mille milliards de FC pour 5 ans).

Le CREFDL a exprimé ses inquiétudes quant aux pratiques de corruption, soulignant que ces actions sapent la crédibilité de l’Assemblée nationale et affaiblissent la gouvernance. Valéry Madianga, Coordinateur national du CREFDL, a déclaré : “Ces paiements en espèces effectués par le gouvernement aux députés nationaux sont des indices de blanchiment des capitaux. La justice devrait enquêter.”

Investiture du Gouvernement en RDC : Soupçons de Corruption à l'Assemblée Nationale
Investiture du Gouvernement en RDC : Soupçons de Corruption à l'Assemblée Nationale

Ces révélations suscitent un débat intense parmi les élus et les citoyens, car elles mettent en lumière les défis persistants de la corruption au sein des institutions congolaises.

Cette situation met en lumière les défis complexes auxquels est confrontée la RDC dans ses efforts pour renforcer la gouvernance et lutter contre la corruption. La rapidité et la transparence avec lesquelles ces allégations seront traitées pourraient influencer de manière significative la perception publique et la confiance dans les institutions du pays.

Facebook Comments Box

Partager