Lancement de la Récolte de Maïs pour 2023-2024 au Centre Félix-Antoine Tshisekedi de Kasese

Partager

Lancement de la Récolte de Maïs pour 2023-2024 au Centre Félix-Antoine Tshisekedi de Kasese
Lancement de la Récolte de Maïs pour 2023-2024 au Centre Félix-Antoine Tshisekedi de Kasese

Le Service national a officiellement lancé la récolte de maïs pour la saison agricole 2023-2024 au Centre Félix-Antoine Tshisekedi de Kasese. Selon le Commandant du Service national, 16 000 tonnes de maïs seront récoltées cette saison, avec un objectif ambitieux de 50 000 tonnes d’ici 2025.

L’élevage connaît également une expansion significative. À l’arrivée du général-major Jean-Pierre Kasongo Kabwik, le Service national ne comptait que quatre têtes de bovins. Aujourd’hui, ce nombre a grimpé à 2 221 têtes, reflétant une croissance impressionnante et une gestion rigoureuse.

Le vendredi 28 juin 2024, le centre pilote Laurent-Désiré Kabila à Kasese était en pleine effervescence. Les moissonneuses-batteuses fonctionnaient à plein régime, marquant une période intense de récolte. Une fois les machines arrêtées, les bâtisseurs prenaient le relais pour le glanage, mobilisant toutes les forces disponibles, y compris celles des nouveaux pensionnaires des centres de formation et d’encadrement Félix Antoine Tshisekedi.

Simultanément, sur un autre site, les bulldozers et tractopelles étaient en action pour procéder au dessouchage, préparant ainsi le terrain pour l’extension des champs de maïs. Le Service national projette d’étendre ses plantations à 10 000 hectares, visant une production de 50 000 tonnes de maïs d’ici 2025, contre 16 000 tonnes pour la campagne actuelle.

Lors de la visite, le général-major Jean-Pierre Kasongo Kabwik a également évoqué les progrès réalisés dans l’élevage. Le Service national possède désormais environ 2 000 têtes de bovins, un nombre qui reflète les ambitions et la bonne planification de cette initiative.

«Nous agrandissons le Service national pour offrir de meilleures perspectives», a-t-il déclaré. «Bien que nous ne récoltions pas encore tous les fruits de notre travail, nous préparons un avenir prometteur pour tous.»

Le Service national est également prêt à dupliquer ces expériences dans le cadre du programme “245 territoires”, selon son commandant. Toutefois, la réussite de cette initiative dépendra du soutien du gouvernement. «Si le gouvernement décide de nous intégrer comme une unité de mise en œuvre pour atteindre certains objectifs, nous avons le personnel et nous sommes prêts à travailler. Tout est possible avec les moyens adéquats», a affirmé le commandant.

Outre l’agriculture et l’élevage, le Service national se diversifie dans la construction. Une nouvelle clinique moderne est en cours de construction après l’achèvement d’une école. Cet établissement vise à garantir des soins de qualité non seulement pour les bâtisseurs, mais aussi pour les populations locales.

Pendant ce temps, à la gare de Kenyama, le premier train estampillé Service national, en provenance de Lubumbashi, a effectué ses premiers déchargements. Conduit par une femme, ce train marque la réalisation d’un rêve et offre une leçon de détermination pour toute une vie.

Facebook Comments Box

Partager